J’ai testé pour vous : Le bus-cama !

Après toutes ces découvertes incroyables avec la fondation Sodis, dont je ne remercierai jamais assez les membres pour leur gentillesse et leur disponibilité, il était temps pour moi de quitter Cochabamba (ne vous fiez pas au ton de la note précédente, je suis quand même très content d’ètre là, même si parfois, la réalité du terrain prend quelque peu le pas sur mon enthousiasme et me mène à des réflexions peu réjouissantes).

Direction le sud donc, avec pour objectif la découverte des paysages lunaires et des nuits étoilées du Sud-Lipez. Première étape : Potosi, ville minière et ancien fleuron absolu de la couronne espagnole, qui a sorti des collinnes avoisinantes des quantités monstrueuses d’argent. Très franchement, la triste histoire de ce lieu (des centaines de milliers, si pas des millions d’indiens et d’esclaves africains y sont morts pour l’enrichissement de l’Espagne, et plus largement de l’Europe) m’attire vraiment très peu, mais de toutes façons, c’est sur la route vers Tupiza, et comme entre Cochamaba et Potosí, il y a déjà 10h de bus, un arrêt me paraîssait indispensable.

Potosi,bolivie

Vers 9h donc (en tenant compte de la demie-heure nécessaire à faire demi-tour dans le terminal de bus supra-bordelique de Cochabamba), le Bus-cama a pris route. Le concept du bus-cama est très proche de celui de la business class en avion. Il n’y a que trois rangées de siège dans la largeur et le bus ne transporte qu’une petite cinquantaine de passagers. Conséquence : Des sièges larges et confortables, s’inclinant presque jusqu’à l’horizontale (cama signifie « lit » en espagnol…). Je ne dirais pas que j’ai dormi comme un bébé, mais de tous les trajets en bus qu’il m’a été donné d’endurer, ce fut de loin le plus confortable.

Sur le coup de 7h et sous un ciel sans le moindre nuage, j’ai donc débarqué à Potosí, avec comme une intense envie de sieste. Direction le centre et l’hostal Carlos Quinto donc, en traversant les faubourgs « coronesques » de la ville. Potosí est riche de son passé, mais pour l’instant, on ne peut pas dire que ce soit la grande gloire. Une fois quelque peu reposé, je sors pour une grande balade dans la ville, toute en contrastes. En descendant un peu, ce ne sont que belles demeures coloniales, marchés animés et rues colorées. Je décide de monter le plus possible pour obtenir un point de vue « global » sur la ville, et après une heure de marche, je suis dans des quartiers beaucoup moins réjouissants. Ceci dit, à part de sales clébards grognants, aucun sentiment d’insécurité ne me prend. Les gens me regardent passer un peu comme un martien, je tape la papote avec un gars occupe à creuser un tranchée d’égouttage à la pioche, étonné de voir un touriste dans le coin, mais pas du tout méfiant. La vue d’en haut n’est pas spécialement magnifique, mais rien que pour l’effort (le centre ville est quand même à presque 4100m… et même en venant de 2500, ça pompe !), je suis content de l’avoir fait.

Potosi,bolivie

C’est en redescendant que vient le plus chouette moment de la balade… Après un arrêt au Mercado Campesino pour acheter des pommes, je pose mon cul sur une petite place, pensant prendre une photo de la dame en train de tondre les pelouses au couteau (si,si…). J’étais en train d’hésiter quand je vois une  petite fille faire de la corde à sauter avec un mètre en métal souple s’approcher, d’abord timidement, puis avec un peu plus de conviction. On noue le contact, et c’est parti pour une chouette séance photos et impressions en direct… Je suis trop content d’avoir emporté cette imprimante, voir leur tête en recevant ce petit cadeau tout simple vaut largement l’investissement !

Potosi,bolivie

Là dessus, retour à l’hôtel, une petite session d’écriture et d’upload, puis j’irai probablement voir ce qui se passe dans le pub juste à côté. Au programme de demain (au moment d’écrire cette note…), une lagune d’eaux thermales à 35 degrés qui se trouve à une grosse vingtaine de kilomètres de la ville, puis départ en fin de journée pour Tupiza.

À plus dans l’bus !

Potosi,bolivie

 

Potosi,bolivie

Publicités